Les Néo-artisants

Les Néo-artisants

5 décembre 2019

Devenir artisan après une vie professionnelle totalement différente, c’est possible et pas si difficile ! Ce neuvième épisode nous permet de faire la connaissance de Cécile, reconvertie dans la bijouterie artisanale en Auvergne-Rhône-Alpes.

Oser changer de vie professionnelle

Alors que 9 Français sur 10 se disent prêts à changer de vie ou l’ont déjà fait (1), l’artisanat leur offre des opportunités de reconversion extrêmement variées avec pas moins de 250 métiers accessibles. Parmi les voies d’accès privilégiées, le congé individuel de formation aide à sauter le pas.

Pour plus d’épanouissement

Une fois formés, les néo-artisans accèdent à des métiers valorisants qui leur réservent un épanouissement qu’ils n’ont souvent pas connus auparavant. Maîtrise d’un savoir-faire, créativité, contacts humains, choix de son emploi du temps : place à de nouvelles satisfactions !

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

On compte 185 000 entreprises artisanales, représentant près d’un tiers des entreprises de la région. Elles emploient aujourd’hui 309 000 personnes (2). Parmi elles se trouve Cécile, qui a quitté son statut de salariée en laboratoire de biologie pour devenir artisane.

Cécile et sa nouvelle vie de créatrice en bijouterie

Elle avait envie de voler de ses propres ailes en créant son entreprise, et elle ne le regrette pas. Dans ses bagages professionnels il y avait déjà beaucoup de rigueur, des connaissances en comptabilité et management qu’elle a pu mettre à profit pour réussir son aventure et s’épanouir dans son nouveau métier.

(1) Source : Étude « Les Français et la reconversion professionnelle » menée en ligne par nouvelleviepro.fr en 2019 auprès de 2 083 Français, âgés de 18 à 64 ans, cadres et non cadres issus de secteurs d’activité divers.
(2) Source : CMA Auvergne-Rhône-Alpes – Chiffres au 1er juillet 2019
pour aller plus loin
Découvrez ou redécouvrez le métier de bijoutier-joaillier en cliquant ici
5 décembre 2019